VANNES. LE STYLE NÉO-BRETON EXPOSÉ AUX ARCHIVES DÉPARTEMENTALES

lundi 4 septembre 2017

Son nom ne vous dira certainement rien. Pourtant, dans chaque famille ou chaque grenier morbihannais, se cachent des meubles qu’il a peut-être dessinés… Du 10 juillet au 31 octobre, les Archives départementales mettent à l’honneur les dessins d’un ébéniste qui a donné à ce mobilier ce style néo-breton bien particulier, il s’appelle Joseph-Toussaint Le Lait

 

Des meubles témoins d’une époque et d’un art de vivre...

A la fin du XIXe siècle, La Bretagne connaît un développement de l’artisanat du meuble, et notamment dans la région d’Auray et de Vannes, avec le style néo-breton : déclinaison du style Henri II, au mobilier imposant (buffet, armoire, lit à baldaquin) et aux nombreux panneaux sculptés proposant des éléments décoratifs locaux : scènes de vie de personnages en costume traditionnel, rosaces de fuseaux, entrelacs celtiques… 

A cette époque, Auray compte une dizaine de petites fabriques, composés de menuisiers, ébénistes et sculpteurs, parfois anciens charpentiers et menuisiers de la marine, reconvertis face à la crise de la construction navale. Ces ateliers emploient au début du XXe siècle jusqu’à 500 employés. C’est dans l’un de ceux-ci,  la Maison Jouannic d’Auray et Vannes, que Joseph Le Lait commence sa carrière, en qualité de contremaître ébéniste. Jeune orphelin, il eut la chance d’être recueilli par un artisan de Melrand, Louis-Marie Le Peutrec, qui lui transmet le geste et le savoir-faire dans le travail du bois. Il fait alors valoir ses talents de sculpteurs pour les panneaux sculptés du mobilier néo-breton, mais aussi néo-gothique, ce dernier étant très prisé pour l’aménagement des églises.

Un style bien particulier, un style bien Le Lait !

Joseph-Toussaint Le Lait crée par la suite son propre atelier à Vannes, qui compte en 1905 une communauté de 45 menuisiers-ébénistes. Afin de répondre à une clientèle aisée, qui aime un mobilier urbain aux styles revisités et souvent éclectiques, Joseph Le Lait propose un catalogue varié. 
Pour réaliser ses dessins, il emploie les techniques suivantes : le crayon de bois, l’encre et l’aquarelle parfois rehaussée de gouache, que les Archives départementales invitent aujourd’hui à (re)découvrir. 
On découvre, grâce à cette exposition, la finesse du trait et la rigueur du détail qui donnent une photographie exacte de tous ces meubles à usage domestique, mobilier de chambre à coucher, ameublement de salle à manger, et certains vaisseliers dont les lignes caractéristiques rappellent le fameux lit mi-clos de nos campagnes. 

Joseph-Toussaint Le Lait est aussi connu pour son mobilier religieux, avec notamment la restauration de la chapelle de Notre-Dame du Loc (Saint-Avé) en 1913. En effet, sous les consignes et les dessins de l’architecte Joseph Brihault de Vannes, il a réalisé les stalles et les boiseries du chœur, et le chemin de Croix, collaborant avec l’autre sculpteur sur pierre  Vannetais, Le Merle. On lui doit également un groupe sculpté représentant Sainte-Anne et la Vierge, encore présente dans l’abbatiale Saint-Gildas, ou encore des ensembles de boiseries néogothiques pour les églises de Limerzel, Férel, Buléon et Lochrist… et bien d'autres réalisations encore.

 

Les dessins et certains meubles réalisés par Joseph-Toussaint Le Lait sont à découvrir aux Archives départementales du 10 juillet au 31 octobre.



L’exposition est ouverte à tous et gratuite.

Archives départementales du Morbihan
80, rue des Vénètes
56010 Vannes cedex

Du lundi au vendredi de 9h à 17h30.